This page summarizes the classification of the products on sale on this website for the Swiss market, and is as such an integral part of the general terms and conditions of sale for France. Accordingly, when a sale of products obtained on this website takes place, whether on Internet or in a shop, it is agreed between the reseller and the buyer that the following definitions are understood and respected. In addition, the products obtained on this website must not be the object of any publicity, nor any medical allegations. Finally to reduce risks and where applicable, we recommend products and inhalation methods that do not require combustion.


vape pen

Description: This cigarette liquid contains the essential oils of hemp (without any additions) in the form of a complete and natural extraction (lipids, terpene-phenols, cannabinoids (CBD(A), THC(A), CBG(A), CBC(A), CBN, etc.), terpenes). Depending on the dilution, it also contains propylene glycol (USP) and natural extracts for taste. It comes in different dilutions and is sold without any therapeutic allegations.

Official classification: commercialised an electronic cigarette liquid

 

eliquid

Description: This cigarette liquid contains the essential oils of hemp (without any additions) in the form of a complete and natural extraction (lipids, terpene-phenols, cannabinoids (CBD(A), THC(A), CBG(A), CBC(A), CBN, etc.), terpenes). Depending on the dilution, it also contains propylene glycol (USP) and vegetable-based glycerine (USP). It comes in different dilutions and is sold without any therapeutic allegations.

Official classification: commercialised an electronic cigarette liquid

 

oil

Description: This oil contains the essential oils of hemp (without any additions) in the form of a complete and natural extraction (lipids, terpene-phenols, cannabinoids (CBD(A), THC(A), CBG(A), CBC(A), CBN, etc.), terpenes). It also contains vegetable oil and comes in different dilutions. It is sold without any therapeutic allegations, nor any recommendation of usage.

Official classification: commercialised as a chemical product


complete and natural extraction

Cannabis Sativa L. is regulated by French law (see legal references); during our industralisation process which takes place in a laboratory (in Geneva, Switzerland), we create a complete and natural plant extract; working with strains that are on the official accepted list and also contain <0.2% THC.

Beware that products containting THC can leave traces in your metabolism; it should be evaluated individually when considering driving. See below “Consommation de cannabis et circulation routière”. THC levels in illegal Cannabis is much higher than 0.2% (can be anything between 3% and 30%); so the traces left by products containing 0.2% are not of the same scale than the ones containing 20% THC.

 

Détection de cannabis et signification:

Le métabolisme du cannabis est complexe et la possibilité d’en déceler la présence en dépend. Rappelons que l’agent psychoactif majeur est le D9-transtétrahydrocannabinol (D9-THC) qui est rapidement métabolisé en 11-hydroxy-tétrahydrocannabinol (11-OH-D9-THC), également psychoactif. Les niveaux dans le sang du THC comme du 11-OH-D9-THC décroissent rapidement. Le 11-OH-D9-THC n’est présent dans le sang que très transitoirement et à de faibles concentrations (sauf dans le cas de cannabis ingéré) ; il est de ce fait rarement mentionné dans la recherche en sécurité routière. Le 11-OH-D9-THC est ensuite oxydé en 11-nor-9-carboxy-D9- tétrahydrocannabinol (D9-THC-COOH), le principalmétabolite trouvé dans l’urine et qui, lui, n’est pas psychoactif. Les niveaux auxquels le D9-THC ou ses métabolites sont présents dans les fluides du corps ainsi que la durée des effets dépendent de la dose consommée, du mode de consommation et de l’expérience de l’usager. Le D9-THC est plus rapidement absorbé quand il est fumé, mode de consommation le plus courant, et les effets psychoactifs sont immédiats (quelques minutes). La durée des effets physiologiques et émotionnels et le changement des facultés perceptives sont rarement de plus de 2 à 3 heures après la consommation d’une cigarette ; certains effets subjectifs peuvent durer jusqu’à 12 heures (Huestis et coll., 1992). Robbe (1998), qui a étudié l’influence du cannabis sur des tâches de conduite effectuées en situation réelle, indique que les effets du D9-THC sont liés à la dose (100, 200 ou 300 μg/kg) et peuvent persister durant 2,5 heures après le dosage ; mais, selon Robbe, la corrélation entre les concentrations de cannabis dans le plasma et la performance de conduite se révèle nulle, en partie en raison de la cinétique particulière du D9-THC (le D9-THC atteint le cerveau rapidement et y reste bien après que les concentrations dans le sang sont proches de zéro). Ceci rejoint les conclusions de Barnett et coll. (1985) plus de dix ans auparavant, qui constatait que, bien que le niveau de performance de certaines tâches psychomotrices soit lié à la concentration de D9-THC dans le plasma, aucune relation entre les niveaux du D9-THC ou de ses métabolites dans le sang et la performance de conduite n’était démontrée. Les cannabinoïdes sont généralement détectés dans le sang ou dans les urines. Les niveaux de concentration de D9-THC dans le sang augmentent rapidement pour atteindre un pic au bout de 9 minutes, après la période d’administration de cannabis (Huestis et coll., 1992). Le D9-THC a déjà chuté d’un tiers de sa valeur maximum 10 minutes après la fin de la cigarette, il atteint 5 % à 10 % de la valeur initiale au bout d’une heure (d’aprèsWard et Dye, 1999) et atteint des valeurs proches des limites de détection 2 heures après (Moskowitz, 1985). Le D9-THC-COOH est décelable dans le sang dans les minutes qui suivent la consommation et dans l’urine dans les 30 minutes. Il peut rester présent dans le sang plusieurs heures après la consommation de cannabis et dans l’urine plusieurs jours, bien après que les effets psychoactifs ont disparu. De hauts niveaux de concentration dans l’urine suggèrent une consommation récente ; cependant la présence du D9-THC-COOH dans l’urine durant plusieurs jours, aussi bien chez les sujets naïfs que chez les sujets expérimentés, rend imprécise la détermination de l’instant de consommation. D’après la revue de Ward et Dye (1999), des niveaux de D9-THC dans le plasma de 10-15 ng/l suggèrent une consommation récente sans que l’on sache exactement à quand elle remonte ; une mesure plus précise serait le rapport D9-THC/D9-THC-COOH, qui indiquerait pour des concentrations similaires une utilisation dans les 20 à 40 minutes précédant le prélèvement, et donc une forte probabilité d’intoxication. Si les niveaux de D9-THC-COOH sont supérieurs à ceux du D9-THC, il est probable que la consommation remonte à plus de 30 minutes, mais seulement pour des consommateurs naïfs. Par ailleurs, des valeurs de D9-THC-COOH supérieures à 40 μg/l indiqueraient une consommation chronique ; ces niveaux de base des consommateurs réguliers rendent quasiment impossible l’estimation du moment de la consommation.

Source: http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/171/?sequence=13


Notice: In case of discrepancies or legal disputes, the meaning and spirit of the French version of this page shall be used to interpret the product classification.